Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bernard Pradines

Contre toutes les violences

Ici ou là, l’indignation s’est manifestée à la suite de la publication d’une affiche de la CGT dénonçant les violences policières injustifiées qui se sont exercées, entre autres, contre des jeunes gens et des syndicalistes.

Chacun sait que la violence physique est contre-productive dans notre époque et dans notre pays. La moindre protestation violente est immédiatement filmée, montrée du doigt. Nos concitoyens sont pris à témoin par les média  souvent davantage prompts à exhiber les « casseurs » qu’à laisser témoigner les manifestants pacifiques. Sivens en est un exemple où, cerise sur le gâteau, la violence des uns était complaisamment évoquée ou montrée tandis que celle des autres était minimisée ou même tue.

Les forces de l’ordre de la République, ici les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS),  ne devraient  pas échapper à leur devoir de protection et de sécurité des populations de la République. Le fait qu’elles soient confrontées à un  banditisme de plus en plus violent et au terrorisme djihadiste n’est pas une excuse  pour exercer la violence contre des travailleurs en lutte pour leur emploi ou des citoyens soucieux de s’exprimer pacifiquement dans la rue. Obéissant aux ordres et elles-mêmes victimes de la  politique libérale de restriction des services publics, elles sont de plus en plus exposées au risque, fatigue aidant, de déraper  dans une violence incontrôlée.

Le crédit des forces de l'ordre, un temps amélioré par la lutte antiterroriste, peut ainsi se dissoudre durablement dans l'adversité. Les protestataires paisibles ne devraient pas être confondus avec ceux qui agressent la démocratie. Oui, il y a de l’ordre à mettre à bien des niveaux sans s’en prendre aux victimes de notre système socioéconomique : juguler la finance rapace, sanctionner les patrons voyous, punir l’évasion fiscale, mettre un terme aux les inégalités flagrantes de revenus, etc...

Pas en s’attaquant physiquement aux syndicalistes ou à un jeune homme déjà immobilisé.

 

Commenter cet article