Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Bernard Pradines

Et si la peur de la récupération politique, présente ici ou là, était une illusion ?

La réalité ne serait-elle pas que la politique est elle-même récupérée ? Le plus grand des récupérateurs est l’économie libérale. Cette dernière impose sa loi mondialisée aux Etats et aux collectivités locales de multiples manières : lobbies, présence d’élus pétris de conflits d’intérêts, traités commerciaux internationaux de libre échange tels que le TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement), etc. Au point que les chefs d’état eux-mêmes se transforment fièrement et ouvertement en VRP (vendeurs représentants placiers). Ceci en allant, comme notre gouvernement « de gauche » jusqu’à vendre des engins de mort à des pays dont un enfant de cinq ans pourrait nous indiquer à quel point il faut s’en défier.

Des petits récupérateurs sont les barons locaux qui se trouvent bien de gérer servilement le système capitaliste sans imaginer d'autre horizon. Ceci pour une bribe de pouvoir individuel et une montagne de compromissions.

A moindre échelle, combien de petites associations se targuent-elles d’être apolitiques par crainte du discrédit ? Comme si l’on pouvait échapper au monde dans lequel nous vivons. Comme si l’on pouvait se désintéresser d’une activité qui s’intéresse à nous pour le meilleur ou pour le pire. Alors, la cohérence serait, pour demeurer indépendant, de ne demander aucune subvention aux politiques. Chiche ?

Commenter cet article