Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par ENSEMBLE 81

Vous trouverez ci-dessous des textes courts relatifs à la perpective d'une primaire à gauche.

Ces textes ont été écrits par des participants à ENSEMBLE 81 dans le contexte de commentaires parus après le texte placé en lien en fin de page.

Vous pouvez réagir en écrivant à votre tour des commentaires.

Jean-Claude Faure le 11 janvier 2016 à 22:21

Personnellement je suis partisan d’une primaire à "GAUCHE". Ce qui est important est de bien cibler la "GAUCHE", et en aucun cas le PS sous sa forme actuelle ne peut être considéré comme étant de gauche. 
Combattons les médias qui s’acharnent à faire croire que le gouvernement actuel est un gouvernement de gauche. La campagne pour faire valoir la nécessité d’une primaire à gauche doit se concentrer à expliquer ce que serait une politique de gauche. 
Pendant la campagne des régionales nous avons fait ressortir les méfaits de la politique de Hollande de Valls de Macron et de toute son équipe. 
Dans le Tarn, "Ensemble81" s’est prononcé contre la fusion avec la liste du PS, contre la fusion avec des gens qui ont mené une politique concernant le projet de barrage de Sivens qui a entrainé la mort de Rémi Fraisse, "qui a eu tort de mourir pour défendre des idées" selon le président ( PS ) du comité départemental (le pays de Jaurès). 
Il est impensable de proposer un référendum pour désigner une candidate ou un candidat à l’élection Présidentielle qui pourrait laisser entendre que le PS actuel pourrait être considéré comme un parti de gauche. 
Revoyons le projet proposé à la dernière élection Présidentielle, proposons ce projet et engageons-nous à l’appliquer pas par des promesses ! 
De notre vote doit ressortir la candidate ou le candidat capable de remporter une victoire à l’élection Présidentielle et les candidates et les candidats aux élections des députés en 2017. 

 

Bernard Pradines le 12 janvier 2016 à 09:34

Chacun peut comprendre le message du commentateur « La Renaudie » qui se défie des modalités actuelles de la politique doublées de son impuissance. Toutefois, si l’on veut bien se mettre en face des réalités, il me semble que la prochaine élection présidentielle est l’occasion d’un débat public incontournable pour la vraie gauche incluant les vrais écologistes. Elle est la seule et vraie gauche dans la mesure où elle s’inscrit contre le néolibéralisme impliquant l’austérité, le développement du capitalisme financier et pour les valeurs prônées de tous temps par la gauche depuis la Révolution.

Ceci dit, pas d’illusion ni de langue de bois : à moins d’une configuration historique inopinée doublée d’une surprise de taille, cette vraie gauche ne gagnera pas les prochaines élections présidentielles ! Non, y concourir est seulement une occasion importante de faire connaître nos idées et de proposer un débat susceptible de reconstruire une gauche unitaire capable d’intervenir efficacement dans la politique, en particulier en redonnant confiance aux plus défavorisés des citoyens français. Dans ce contexte, les primaires de la vraie gauche me semblent incontournables, comme à d’autres commentateurs tels que J-C Faure. Chacun voit bien qu’il n’y a pas de candidat "naturel", fut-il aussi motivé, dévoué et convaincu que J-L Mélenchon. Nous ne sommes plus en 2012.

Chacun voit bien que la vraie gauche est en risque d’éclatement durable, non devant une victoire illusoire ou même plausible, mais devant une opportunité de se reconstruire dans un moment politique rendu incontournable par le cadre imposé. Rien à voir avec quelque électoralisme que ce soit. Par contre, ceci relève d’un danger réel : celui de voir disparaître une vraie parole de gauche dans un contexte de grave crise multiforme, à la fois économique, écologique et politique.

Liberto Gimenez "Ensemble81" le 12 janvier à 13:07

Une primaire à gauche, je dis bien à gauche, permettrait d’ouvrir un vrai débat sincère entre nous. Ce débat indispensable nous ne parvenons pas à l’avoir souvent par prévention des autres camarades alors que nous sommes nombreux à penser que sur l’essentiel nous avons plus d’accords que de désaccords. Alors osons le débat afin de pouvoir enfin espérer vivre le possible. 
Vous aurez toutes et tous compris que je ne considère pas la direction actuelle du parti socialiste comme étant une force de notre gauche. 

Ces commentaires ont paru sur le site de Regards.fr en réaction à l'article ci-dessous de Clémentine Autain :

Commenter cet article