Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ENSEMBLE 81

RESF (Réseau Education sans Fontières) communique :

Lusiné, à peine un peu plus de 20 ans, arrêtée mardi soir à son domicile, a été conduite au Centre de Rétention de Cornebarrieu.

Une équipe RESF, des amis arméniens, des jeunes ont tenté en vain de joindre les responsables de la Préfecture. Ils l'ont amenée, sans bagages, sans ses médicaments, sans que son frère puisse la voir.

La maman de la jeune fille est également menacée, sur le coup d'une OQTF alors qu'elle avait un emploi, absente de son domicile, elle n'a pu être arrêtée.

Souvenons-nous, c'était en juin 2009 nous avions mené durant plusieurs jours une opération de soutien rue de Balzac alors que Madame MURADYAN Vardhuy, ses enfants, Lusine et Liana HARUTHUNYAN scolarisées au collège Aristide BRUAND, Gevorg HARUTHUNYAN scolarisé à l’école Jules Ferry devaient quitter le logement CASAR après avoir été déboutés.

Le temps a passé, cette famille avait obtenu un titre de séjour, la maman travaillait.

Coup de tonnerre lorsque dernièrement le titre de séjour n'a pas été renouvelé, l'OQTF a suivi.

Cette famille arrivée en France en 2008, s'est parfaitement intégrée, les enfants ont grandi, ont poursuivi leurs études au Lycée Toulouse Lautrec ou Rascol. Plus rien, plus personne ne les rattache à leur pays d'origine, comment imaginer que Lusiné se retrouve seule dans ce pays qu'elle a quitté à peine adolescente ?

Lundi, le juge des libertés statuera sur la conformité de la procédure de mise en rétention. Un petit espoir demeure mais l'espoir ne suffit pas!

DONC C'EST MAINTENANT

Si vous souhaitez soutenir cette jeune fille, sa famille, envoyez ce message aux services de la Préfecture. Vous pouvez le modifier en conservant un ton mesuré, accorder au féminin si besoin, compléter par votre identité. Vous pouvez aussi téléphoner.

Préfet : M. GENTILHOMME Thierry thierry.gentilhomme@tarn.gouv.fr

Bureau des Etrangers : BOUZAT Rémi remi.bouzat@tarn.gouv.fr

Secrétaire Général: M GANDRA-MORENO laurent.gandra-moreno@tarn.gouv.fr

Secrétariat :  Mme BARTHALOME Joëlle joelle.barthalome@tarn.gouv.fr

Directrice de cabinet : Mme JEFFRAULT Astrid astrid.jeffrault@tarn.gouv.fr

Bureau des Etrangers : 05 63 45 61 30

Service des Etrangers : 05 63 45 61 77

Adresse postale :

Préfecture du Tarn

Place de la Préfecture,

81013 Albi

 

Modèle de lettre ou de courriel à adresser aux autorités citées ci-dessus. Possibilité aussi de le télécharger au format Libre Office en cliquant sur le lien suivant :

Identité……..

 

à

 

Monsieur le Préfet du Tarn

cc/Mesdames, Messieurs attachés aux services de la Préfecture

 

Albi, le 11 mars 2016

 

Monsieur le Préfet,

 

Je porte à votre attention l'émotion provoquée par l'annonce de l'arrestation de  Lusine  Haruthuntan née le 1er mai 1994 en Arménie qui, selon les directives de vos services, a été conduite au centre de rétention de Cornebarrieu ce mercredi 9 mars 2016.

Ami de cette famille, citoyen attaché aux valeurs humanistes de notre République, je considère comme inacceptable cette procédure d'éloignement. Je regrette aussi que le groupe de soutien sollicitant une audience n'ait pas pu être reçu à la Préfecture avant le départ.

Cette jeune fille, est arrivée en 2008 sur le sol français avec sa famille, elle était à peine adolescente. Ici, elle s'est reconstruite après les drames qui ont perturbé son enfance. La famille, après avoir été déboutée en 2009, avait reçu un titre de séjour. Les enfants, Lusine, Liana et Gevorg ont poursuivi leurs études ; leur mère, Madame Vardhuy Muradyan, également menacée d’expulsion, avait trouvé un emploi. Tous avaient tissé des liens à Albi, enfin apaisés après un parcours si difficile.

Je ne peux pas comprendre ni admettre le sens de cette mesure à l'encontre de Lusine, et encore moins son utilité pour l'image et la réputation de notre pays.

C'est pourquoi je me permets de faire appel instamment à votre pouvoir discrétionnaire  à l'égard de Lusine Haruthuntan et vous demande de bien vouloir reconsidérer une mesure terrible pour cette famille qui, depuis son arrivée en France, a accompli un courageux et beau parcours afin de s’intégrer à notre société et mérite d'y poursuivre sa vie.

Avec toute la force de mes convictions humanistes je vous demande, Monsieur le Préfet de faire libérer Lusine et de lui permettre de continuer à vivre en France.

 

Pour l'honneur de notre pays je vous prie, Monsieur le Préfet, d'accueillir favorablement  ma requête  et vous adresse mes salutations citoyennes.

 

Signature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article