Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Bernard Pradines

François Fillon : oui, mais …

Lettre ouverte  aux retraités non pauvres

Quand François Fillon a promis de diminuer le nombre de fonctionnaires, je n’ai rien dit. Je ne suis plus fonctionnaire.

Quand il a parlé d’allonger la durée hebdomadaire du travail, je n’ai rien dit. Je ne suis pas en activité.

Quand il a évoqué le recul de l’âge de la retraite, je n’ai rien dit. Je suis retraité. De plus, mes enfants n’ont pas encore atteint l’âge où ils pourraient veiller sur moi à l’heure de leur retraite.

Quand il s’est engagé à dérembourser les soins courants, je n’ai rien dit. Je ne suis pas encore malade et je ne suis pas pauvre.

De légères inquiétudes toutefois : quand je serai malade, quel établissement de soins voudra-t-il bien m’accueillir ? Dans quelles conditions après de telles coupes claires ?

Quels services publics déjà mal en point, dont j’aurai pourtant grand besoin, survivront-ils à une telle saignée ? Que deviendront les cinq millions de pauvres (en 2014 au seuil à 50 % du revenu médian) pendant que la suppression de l’ISF fera moins de 7 % d’heureux par rapport au nombre de pauvres ainsi défini (342.942 déclarations en 2015) ? Puis-je bien vivre dans une société où une petite minorité bénéficie exclusivement des largesses du pouvoir ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

P
Merci pour votre commentaire.
Le jeu politique en cours est cynique, comme à l'ordinaire : d'un côté François Fillon s'est fait élire en toute franchise sur un programme libéral net auprès des électeurs de droite. De l'autre, ses lieutenants s'emploient à nuancer ses propos électoraux en nous expliquant que nous avons mal compris.
Répondre
R
64 ans, ayant travaillé toute ma vie (emplois nombreux, dont statut 'cadre'), me manque encore des trimestres pour obtenir ma retraite : droit à une retraite inférieure au SMIC ...

A l'avenir, je me demande comment je pourrai simplement changer des lunettes, des soins ou prothèses dentaires, voire des prothèses auditives ???
Je ne parle même pas de pouvoir aller en maison de retraite : aucune aide ni ressources ne me le permettront !!!

Donc je m'interroge sur les annonces d'économies envisagées au plan social, faites par F.FILLON : comment pourrais-je encore me soigner ???
Sa politique est catastrophique pour des personnes avec de faibles ressources, telles que moi.
Répondre