Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Bernard Pradines

Un réveil douloureux

Nous y sommes. Les adversaires de Jean-Luc Mélenchon se déchainent. Tout est fait pour le mettre en difficulté. C’est de bonne guerre me direz-vous.

On pourrait s’en alarmer tant les attaques sont virulentes, biaisées, improbables, impromptues, inopinées.

Paradoxalement, il s’agit pourtant d’un bon signe : voici des années que la « gauche » se résumait au Parti Socialiste et à ses alliés dans la bouche ou sous la plume des médias. Les autres, tous les autres, n’existaient pas. Ils étaient considérés comme des forces d’appoint qui se plieraient systématiquement à la règle ancienne du désistement électoral bien ancré dans les pratiques de la cinquième république. Oui, le réveil est douloureux car la gauche ne se résume pas à ceux qui ont soutenu les gouvernements du quinquennat finissant. Le désistement n’est plus aussi automatique qu’autrefois. La parole ne suffit plus tant elle a été bafouée.

Si une union de réalise, ce que je souhaite, elle sera fondée sur un consensus autour d’objectifs et de moyens bien définis. Elle aura fait l’objet d’un contrat en bonne et due forme. Ou bien elle ne sera pas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article