Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Claude Faure

Sommes-nous vraiment solidaires ?

Editorial de Jean-Claude Faure

J’en arrive parfois à me poser cette question : que faisons-nous pour honorer le joli mot « solidarité » ?
La période est riche en mouvements, luttes, manifestations pour défendre les acquis sociaux, les salaires, les retraites. Ce sont des aspects qui nous touchent directement. Alors nous y participons.
Sommes-nous aussi motivés, par exemple, quand il s’agit de défendre des lits qui disparaissent dans les hôpitaux, de vouloir améliorer les conditions de vie dans les maisons de retraites dont le tarif est hors de portée pour beaucoup d’entre nous ? Ma réponse est NON.

Le fatalisme n’est pas la seule raison qui nous recroqueville sur nous-mêmes, les yeux tournés vers notre nombril. Avons-nous été aussi combatifs au moment où la Grèce et Syriza étaient dans la tourmente, ce qui est encore le cas ? Ainsi, pour  soutenir nos camarades grecs, nous avons dû aller à une manifestation ayant lieu seulement à Toulouse dans notre région, organisée par la CGT et soutenue par quelques mouvements ou partis politiques dont «Ensemble». Ma réponse : bien sûr que NON, notre ardeur est restée très molle.  
Il y a quelques jours, un autre rassemblement était organisé à Toulouse par des mouvements et partis politiques pour demander la libération des prisonniers politiques indépendantistes catalans. Nous pouvions espérer une forte participation car cette initiative était, encore ici, la seule dans la région. Surprise, nous n’étions qu’une centaine à nous rendre au consulat d’Espagne. N’étaient présents en très grande majorité que des gens parlant le catalan. Les seuls drapeaux étaient ceux du Parti Occitan et du NPA. Pas d’élu de quelque parti à l’exception d’un seul : le vice-président EELV de la Région Occitanie.
Sommes-nous solidaires pour demander la libération des prisonniers politiques catalans ? Encore NON !

Alors je me pose de plus en plus cette question : devenons-nous solidaires   pour nos seuls intérêts ? Ne sommes-nous combatifs que pour défendre des aspects nous concernant directement ? Seule l’approche des élections est-elle vraiment mobilisatrice ?

Je pense que nous devons nous interroger sur le rôle de la sensibilisation de notre entourage, au sein de nos organisations politiques, syndicales et sociétales sur le danger à vivre dans le « chacun pour soi ».
Restons combatifs en permanence, ne soyons pas différents à l’approche des élections, regardons autour de nous et battons nous  solidairement  lors de chaque injustice.
Soyons des insoumis, pas uniquement sur le papier mais aussi dans la rue quand cela devient indispensable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C
ton article et tres bien jc .<br /> la solidarite ce perd dommage
Répondre