Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Bernard Pradines

Extrait de : https://cosymaison.com/fr/3508-tete-de-cerf-brute-en-bois-sculpte-main-43x30cm-cornes.html

Extrait de : https://cosymaison.com/fr/3508-tete-de-cerf-brute-en-bois-sculpte-main-43x30cm-cornes.html

La gauche albigeoise tente désormais de se rassembler et de concrétiser l’indispensable unité face au danger de poursuite d’une politique municipale exagérément événementielle, obsessionnellement touristique mais aussi face à la pression de l’extrême droite incroyablement présente au cours des élections récentes. Pour parler par euphémisme et en toute indulgence, disons que la majorité municipale actuelle est peu préoccupée par les soucis sociaux et environnementaux. Le tout en conformité avec les soutiens obtenus au plus haut niveau de l’état de la macronie.

Quant au Rassemblement National, on n’ose pas imaginer ce que serait sa gestion en termes de liberté, d’égalité et de fraternité.

Ainsi s’est constitué un collectif de citoyens, membres ou non d’un parti ou d’un mouvement politique de gauche, incluant logiquement l’écologie politique ; ce regroupement est d’abord soucieux de préciser et de promouvoir un programme en vue des élections municipales de mars 2020. Il a initié des groupes de travail selon les thèmes pertinents dans ce but.

Bien sûr, comme on pouvait s’y attendre, les anciennes manières de faire de la politique ont la vie dure. Les réflexes archaïques ne demandent qu’à s’exprimer. Ainsi, les médias sont-ils préoccupés par la seule question de la « tête de liste ». Comme si le seul chef de la tribu devait être pris en considération en ces temps préhistoriques. L’impératif du leader domine encore la politique, pas seulement au niveau national avec notre monarchie républicaine qui fait rire le monde entier ! Il s’agit, sans crainte du ridicule, « d’incarner » une perspective ; le recours à une terminologie religieuse, rien que ça ! Comme si une femme ou un homme pouvait à elle ou lui seul résumer la complexité dynamique des besoins et des désirs d’une population. Le risque de cette situation est celui d’une « folie à deux », des responsables politiques répondant en symétrie à une attente soi-disant urgente en matière de communication. Cela consisterait à occulter le projet municipal au profit d’une concurrence entre dirigeants qualifiés de personnalités; souvent des chefs de file respectables, plutôt âgés, appartenant volontiers au sexe dit fort.

Ajoutons-y la défiance croissante vis-à-vis de la politique en général, répulsion qui déborde largement le mouvement des gilets jaunes. L’abstention massive est son principal symptôme.

Par réaction, la tentation quasi-démagogique d’exclure tout homme « encarté » de la candidature à la « tête de liste » est le dernier avatar d’une attitude qui nierait la démocratie élémentaire : le droit de postuler pour tout citoyen albigeois. Cette « politicophobie » risque de jouer un mauvais tour à la gauche solidaire et écologiste albigeoise. Exclure une catégorie de citoyens au nom d’une nouvelle forme d’apolitisme, ce serait se priver a priori d’une ressource humaine nécessaire voire indispensable. Une sorte d’automutilation.

Pour autant, limiter le nombre de colistier(e)s membres de mouvements ou de partis politiques est une bonne chose. Ceci témoigne d’une volonté explicite de faire participer les albigeois(es) sans exclusive.

Accepter de se confronter à des idées diverses et d’être choisi par une assemblée générale réunissant toutes les sensibilités impliquées dans la démarche préalable d’élaboration du programme municipal, ce serait répondre aux nouvelles exigences démocratiques qui dépassent les choix internes traditionnels des partis et mouvements politiques. Cette désignation devrait être fondée sur des possibilités et qualités humaines ainsi que sur l’adhésion à un projet sérieux et séduisant. Cela serait de nature à créer un climat serein pour permettre les conditions indispensables à la réussite du projet municipal de la gauche solidaire et écologiste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article