Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ENSEMBLE 81

Image issue de https://www.optimiser-mes-finances.fr/epargne-precaution-mon-amour/ ​​​​​​​

Image issue de https://www.optimiser-mes-finances.fr/epargne-precaution-mon-amour/ ​​​​​​​

Le capitalisme, nous dit-on, se nourrit indissociablement de la production et de la consommation. Le néolibéralisme a poussé le bouchon à un maximum inimaginable tout en imposant son modèle économique présenté comme sans alternative. Au risque quotidien de la démocratie dès lors que l’économie dicte sa loi à la politique. Sans parler de la destruction de la planète, probablement un nouveau détail de l’Histoire humaine.

Vous écrivez pour m’apprendre ça ? Je vois l’expression de votre visage : évident mon cher Watson.

Ainsi, la remise en question des modes de production s’est-elle effectuée d’abord par le syndicalisme. Les modèles de consommation ont-ils été plus tardivement interrogés, en particulier par des associations de consommateurs puis par la prise de conscience écologique. Nous ne voulons plus manger ou boire n’importe quoi et respirer n’importe quel air.

Un domaine me semble toutefois présenter de sérieux « trous dans la raquette » comme il convient de le formuler en ce temps de génération tennistique au pouvoir. C’est celui de l’épargne.

Une épargne dont on nous dit que ceux qui perçoivent un revenu fixe ont pu faire grimper les livrets populaires (A et LDD) à un niveau jamais atteint supérieur à 400 milliards d’Euros à la faveur du confinement.

En 2019, deux jeunes hommes dont l’un ayant voyagé avec moi en covoiturage m’invitèrent à une réunion sur les possibilités d’investissement de mon épargne. Pendant deux heures, notre petite assemblée albigeoise d’une dizaine de personnes put discourir de tout sauf du devenir de nos éventuels investissements : déforestation de l’Amazonie ? Industrie d’armement ? Ferme des mille vaches ? Productions polluantes ? Nous n’en sûmes rien. Après la séance, j’interrogeai en privé mon ancien covoitureur. Sa réponse traduisit avec diplomatie sa perplexité et l’incongruité de mon interrogation.

Hier, rebelote lors d’une visite personnelle à mon assurance pour renouvellement de véhicule. On me propose à nouveau monts et merveilles dans un placement bien plus juteux que les pauvres livrets prolétariens A et LDD. Je pose les mêmes questions. La pauvre préposée n’a jamais entendu choses pareilles. Elle appelle son voisin baraqué en renfort. Il m’explique avec force conviction que le capitalisme se moque comme d’une guigne de ses investissements pourvu qu’ils soient rentables. Sous le flot de paroles assénées avec l’accent de la vérité et de l’évidence, sans que je puisse répondre autrement que par des hochements approbateurs de la tête, il enfonce le clou en m’admonestant. Il déclare urbi et orbi que 90 % des gens pensent comme lui, insinuant ainsi que je fais partie des 10% d’incurables qui n’ont rien compris au monde dans lequel nous vivons.

Quand je m’en vais, il ne répond pas à mon salut. Amen.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article