Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Bernard Pradines

Editorial relatif à l'actualité pandémique

Réponses personnelles à des propos d'actualité.

L’affirmation de la dangerosité du virus SARS-Cov-2 est vérifiée. 

Ce n’est pas parce que personne autour de moi n’en est mort ou demeuré affaibli que ce péril n’existe pas. L’incendie de Californie et d’Oregon ne nous brûle pas. Il n’en existe pas moins avec son cortège de malheurs. Idem pour la déforestation de l’Amazonie ou le travail des enfants pour extraire le cobalt de nos batteries en République Démocratique du Congo. Quant à la Shoah, les témoins s’en font rares.

 Les mourants ne tombent plus dans nos rues en France comme au Moyen-Age ou au ghetto de Varsovie. Ils meurent en EHPAD ou en établissement de soins.

 Il faut bien sûr garder un esprit critique. Admettre l’évidence n’empêche pas de la nuancer. Nul n’est besoin de la nier.

Le risque de dérapage vers l’autoritarisme à la faveur de toute crise est réel. La situation actuelle ne fait pas exception.

La situation en école est difficile. Elle l’est aussi dans les hôpitaux et les EHPAD pour ne parler que d’eux.

 Le capitalisme, quant à lui, est bien embarrassé par la Covid-19. Tout ce qui bloque ou limite la production, la concurrence de tous contre tous, le transport de marchandises, le libre-échange  et la consommation le dérange. Mais il sait faire supporter son malheur à ceux qu’il exploite. Il saura dégraisser à souhait comme il convient. Il perdra des plumes mais ce ne seront pas les siennes. 

Voyez comment on s’est empressé de préserver la santé des travailleurs dans nombre d’entreprises. Juste ce qu’il faut pour maintenir la force de travail et ne pas créer un immense scandale par défaut de protection contre le virus.

Je ne suis pas convaincu que ce système sous sa forme néolibérale redoute une révolution prolétarienne dans la période actuelle. Il me semble par contre tellement peu soucieux de la santé des gens – c’est un euphémisme – qu’il lui convient de tout remettre en marche au plus vite sans discuter.

La résistance française contre l’occupant est une situation différente à bien des égards. L’ennemi principal était connu, identifié : un « rempart contre le bolchevisme » au prix meurtrier de l’exacerbation du nationalisme et du racisme anti-juif et anti-slave en Allemagne et ailleurs.

Aujourd’hui, c’est bien un virus dangereux, un microorganisme, qui nous menace. Aussi astucieux soit le capitalisme, ce n’est pas lui qui l’a engendré. Ce serait lui faire trop d’honneur et lui prêter des vertus qu’il n’a pas. Qu’il essaie de tirer son épingle du jeu sur le dos des salariés et des pauvres est déjà suffisamment préoccupant.

Préservons-nous en fonction des connaissances acquises dans « l‘état actuel de la science ».

Nous avons besoin de rester en forme pour changer cette société qui en a tant besoin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article