Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

QR code

 

Publié par Bernard Pradines

Par ces temps de délires bien construits, nous avons mis en exergue ici les risques de confusion entre les luttes contre le capitalisme qui réserve la vaccination à une partie solvable de la population mondiale, qui veut remettre tout le monde au travail et à la consommation selon ses intérêts multiséculaires et pour la liberté du corps de chacun, seul à décider donc impuissant. Et ceci quitte à prendre des risques sanitaires indus.

Ainsi, nos sociétés ayant été pétries de l’idéologie capitaliste individualiste, hostile à tout collectif qui lui échappe, il serait loisible de contester toute décision collective qui ne nous plait pas car empiétant sur notre liberté individuelle. De là à confondre les dictatures sanglantes, telles que celles dénoncées par Amnesty International, avec des mesures de sécurité, il n’y a qu’un pas qu’une fraction de citoyens a allégrement franchi. Certes il existe un danger de dérive vers l’autoritarisme et il doit être surveillé et dénoncé. Mais le plus grand péril est dans le déni des risques sanitaires qui empêchent le capitalisme de réaliser, hormis dans le domaine des médicaments et des vaccins, ses gigantesques profits en maintenant et accentuant les inégalités sociales à un niveau jamais atteint.

En écoutant le représentant de Rassemblement National ce matin 17 janvier 2022, j’ai une nouvelle fois perçu le danger mortel que la gauche et les écologistes pourraient courir à tenir le même discours que lui sous le couvert de l’opposition légitime au pouvoir marconien.

Autrement dit : ne laissons pas la politique de la gauche et des écologistes être récupérée par certains citoyens soucieux de leur propre personne, des individus que nous n’avons jamais vus protestant contre la déliquescence de l'hôpital public. De plus, sous prétexte de la liberté de leurs petites personnes, ils accablent les soignants de réanimation qui sont en première ligne contre la maladie et la mort.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article